Accueil > Les paroisses catholiques >Se laisser enseignerQuestions de Foi > Les sacrements sont-ils vraiment efficaces ?

Se laisser enseigner

Contact
Abbé Samuel Delmas Vicaire
  06 50 16 25 30  Contact
 

 

Mieux connaitre pour mieux aimer

Questions de Foi

  Les sacrements sont-ils vraiment efficaces ?
 

Le mois de juin, c’est le mois des premières communions, des confirmations, des baptêmes, des mariages qui commencent… et nombreux sont ceux qui ne fréquentent pas habituellement nos églises mais qui à l’occasion de ces jours de fêtes vont venir participer à nos liturgies.

Par ailleurs, le 18 juin, nous célébrerons avec solennité le mystère de la présence réelle dans le pain et le vin consacré à l’occasion de la Fête-Dieu, la fête du Corps et du Sang du Christ.

De même, bien que notre diocèse ne puisse pas se réjouir d’un tel événement cette année, il est aussi de coutume d’ordonner les diacres, les prêtres en ce mois. Prions pour que nous puissions bientôt avoir des ordinations dans notre cathédrale !

Une double question peut alors surgir :

Peut-on croire à l’efficacité des sacrements ?

Comment se fait-il que lorsque le prêtre prie nous croyons en la présence agissante et réelle de Jésus-Christ ?

Car, selon notre foi, nous croyons que les sacrements sont des rites visibles qui nous révèlent des réalités invisibles. Chacun de ces rites visibles est accompagné d’une parole et d’un geste. Ainsi, lorsque le prêtre baptise (c’est-à-dire qu’il verse de l’eau sur la tête du catéchumène en disant « N., je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ») nous croyons à l’efficacité suivante : la purification des péchés et la nouvelle naissance dans l’Esprit-Saint. Lorsque le prêtre célèbre la messe et qu’il renouvelle les paroles de l’institution (« Ceci est mon corps… ceci est mon sang versé pour vous… faites ceci en mémoire de moi ») nous croyons faire mémoire, rendre présent le mystère du salut, la mort et la résurrection du Christ ; le Christ s’offre par les prières du prêtre tout en étant lui-même l’offrande, réellement présent dans le pain et le vin consacrés.

Il en va ainsi de chaque sacrement, pour lequel on reconnaît un effet bien réel.

Les sacrements sont efficaces parce que le Christ lui-même est à l’œuvre par eux : lorsque qu’un prêtre ou un diacre baptise, c’est le Christ qui baptise, c’est lui qui agit dans les sacrements !
L’expression théologique dit que les sacrements agissent ex opere operato, c’est-à-dire « par le fait même que l’action est accomplie. » Nous comprenons par-là que dès lors qu’un sacrement est célébré conformément à l’intention de l’Eglise, la puissance du Christ et de son Esprit agit en lui et par lui, indépendamment de la sainteté personnelle du prêtre qui célèbre. Toutefois, bien que le sacrement soit efficace, les fruits de ce dernier dépendent également des bonnes dispositions de celui qui les reçoit. Voilà pourquoi il est si important de bien se préparer à la communion, à la  confession, au mariage...

Comment pouvons-nous affirmer cela ?

Comment pouvons-nous reconnaître une si grande autorité entre les mains des évêques, des prêtres et des diacres ? Ils prient et le Christ agit !
Le saint curé d’Ars, saint Jean-Marie Vianney disait : « Allez vous confesser à la Sainte Vierge ou à un ange ! Vous absoudront-ils ? Vous donneront-ils le corps et le sang de notre Seigneur ? Non, la Sainte Vierge ne peut pas faire descendre son divin Fils dans l’hostie. Vous auriez deux cents anges là qu’ils ne pourraient vous absoudre. Un prêtre, tant simple qu’il soit, le peut. Il peut vous dire : Allez en paix, je vous pardonne. »

Ceci est une vérité révélée dans les Saintes Ecritures. Jésus-Christ a choisi des apôtres, parmi eux saint Pierre est le premier, il les a envoyés en mission en leur disant : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. » (Mc 16, 16). Ou encore : « Puis, ayant pris du pain et rendu grâce, il le rompit et le leur donna, en disant : « Ceci est mon corps, donné pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » Et pour la coupe, après le repas, il fit de même, en disant : « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang répandu pour vous » (Lc 22, 20).

Egalement, en confiant une autorité particulière appelée le pouvoir des clefs : « Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux » (Mt 16, 18). « Amen, je vous le dis : tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre sera délié dans le ciel » (Mt 18, 18). Il en va ainsi de chaque sacrement.

Jésus-Christ a promis une efficacité à chaque acte posé en son nom par ceux qu’il a choisis, les Apôtres. Cette autorité, unie à saint Pierre et à son successeur évêque de Rome, le pape, s’étend aux successeurs des apôtres, les évêques et à leurs collaborateurs les prêtres et les diacres.

Par les sacrements, nous croyons que le Seigneur agit dans son Eglise. Certes, il nous faut poser un acte de foi pour le reconnaître mais cela n’empêche pas la réalité des faits.

Dans le pain consacré, Jésus est réellement présent. Par l’absolution de la confession, le pardon est véritablement donné. Par l’imposition des mains de l’ordination, le prêtre est vraiment configuré au Christ…

Accueillons humblement ces miracles permanents !
 
Abbé Samuel Delmas - Vicaire de la Cathédrale Saint-Jean-Baptiste

Vous aimerez aussi ...