Accueil > Les paroisses catholiques > Se laisser enseignerÉditos du Curé-Archiprêtre > Une Paix maison

Se laisser enseigner

Contact
Abbé Jean-Paul Soulet Curé-Archiprêtre
06 23 73 49 78 Contact

 

Mieux connaitre pour mieux aimer
 

Les éditos du Curé-Archiprêtre

 
  Une paix maison

Un gâteau maison c’est un gâteau que l’on ne trouve nulle part ailleurs aussi bon. C’est le gâteau du chef, la fierté de la cuisinière. Des ingrédients sélectionnés, un savoir-faire inégalable et ce plus qui lui donne sa saveur particulière.


La Paix de Dieu est une paix maison ! Une telle paix, on ne la trouve nulle part ailleurs, car elle vient d’En-Haut. Elle est publiée par le chant des anges qui annoncent aux bergers la naissance de Jésus – nous l’entendons dans la nuit de Noël : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre Paix pour les hommes ses bien-aimés » (Lc 2, 14).

Et à l’autre bout de l’Evangile, au soir de Pâques, elle est le premier mot que Jésus Ressuscité d’entre les morts adresse à ses disciples tout craintifs :
« La Paix soit avec vous » (Lc 24, 36). Et ils viennent à la joie.

Aucune paix en ce monde ne peut égaler la Paix que Dieu donne quand il visite l’homme en se faisant homme en Jésus-Christ (Noël) et quand il délivre l’homme du mal et de la mort en ressuscitant Jésus (Pâques).

Ce don inégalable de Paix, c’est en Jésus qu’il vient donc à nous.
Au soir du Jeudi Saint, avant les terribles tribulations de sa Passion, Jésus l’a livrée aux siens en se livrant lui-même : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma Paix. Ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne » (Jn 14, 27).

Il y a la paix à la manière du monde, fade comme les biscuits du commerce que l’on trouve partout et que l’on avale vite, et il y a la paix donnée par Jésus, à la saveur unique comme le gâteau maison.
Saveur unique parce que la Paix de Dieu a un ingrédient unique et c’est Dieu lui-même. La Paix de Dieu, c’est Dieu ! « Dieu est paix » s’écrie déjà l’Ancien Testament (Juges 6, 24) et l’Apôtre Saint Paul y fait écho : « le Christ est notre Paix. En sa personne, il a détruit la haine » (Ep 2, 14).

La Paix de Dieu, ce n’est pas simplement un don de Dieu : la Paix de Dieu, c’est Dieu qui se donne, en personne, dans la personne de Jésus, son Fils dont nous fêtons à Noël la naissance en humanité.
Pris par la haine en sa Passion, Jésus s’est offert par l’amour à la Croix.  

Et dès lors, c’est lui qui a pris la haine. Il a brisé son engrenage infernal par son amour et le pardon offert à ses bourreaux mêmes. La Paix nous vient par sa Résurrection. C’est pourquoi elle est le premier mot de Jésus Ressuscité à ses disciples.
Pour que vienne la Paix, il faut que soit vécu le pardon, don suprême d’amour : pardon à donner ou pardon à demander et recevoir.

La première démarche vers la Paix est une démarche de réconciliation.
Et la première réconciliation est avec soi-même. On n’est en paix avec personne si on n’est pas en paix avec soi-même. Pas de paix durable qui ne soit fondée sur la Paix du cœur.
C’est la Paix en nous qui nous permet de chercher à faire la Paix autour de nous, à nous réconcilier avec proches ou lointains que peuvent atteindre nos jugements, notre incompréhension ou notre haine.

Et puis il y a celle avec qui la réconciliation devient urgente si nous voulons vivre en paix sans que se déchaînent ses violences naturelles. C’est notre sœur la Terre que nous agressons de mille manières qui se retournent contre nous.
Il nous faut retrouver la création comme un don de Dieu, reconnaître nos frères humains comme dons de Dieu, nous recevoir nous-mêmes comme don de Dieu pour être en Paix.
Il nous faut retrouver, reconnaître, recevoir Dieu comme notre Paix.
Il y a urgence, nous le sentons bien, nous le reconnaissons chaque jour.

Alors au Jour de Noël et chaque jour de cette année nouvelle, il nous faut entendre Jésus, dont le santon trône en nos crèches, murmurer : « Paix à ta maison ! ». C’est pour cela qu’il est venu : la Paix.
La recevoir, la Paix de Dieu, c’est être invité à la donner. Jésus nous le dit comme à ses disciples : « Dans quelque maison que vous entriez, dites d’abord : “Paix à cette maison”. » (Lc 10, 5)
C’est le plus beau souhait que nous puissions formuler pour cet An neuf à tous ceux chez qui nous entrerons, par courriel, courrier, téléphone ou de vive voix : « Paix à cette maison ! »
Et Paix aussi à la grande Maison commune qui nous abrite tous : notre chère Planète.
Paix, oui, mais comme il n’y en a qu’une : la Paix maison, la Paix de Dieu !


+ Père Jean-Paul Soulet

 


 

 

Vous aimerez aussi ...