Accueil > Les paroisses catholiques > Se laisser enseignerCours & conférences > Se mettre en prière

Se laisser enseigner

Contact
Abbé Samuel Delmas Vicaire
  06 50 16 25 30  Contact

 

Mieux connaitre pour mieux aimer

Cours & Conférences

  se mettre en prière
 

Comme toute activité humaine, prier demande une préparation. Il y faut des conditions et des moyens extérieurs.

Un temps et une heure

« Le choix du temps et de la durée de l’oraison relève d’une volonté déterminée, révélatrice des secrets des coeurs. On ne fait pas oraison quand on le temps : on prend le temps d’être pour le Seigneur, avec la ferme détermination de ne pas le lui reprendre en cours de route, quelles que soient les épreuves ou la sécheresse de la rencontre. » (CEC 2710)

Il convient de fixer la durée de la prière. Cela dépend de chacun, de son tempérament, de ses activités, de son âge... Il sera plus facile de prier à une heure où l’on sait que l’on pourra aisément rester éveillé ou que l’on ne sera pas dérangé.

De même, pour certains, s’imposer à heure fixe un temps de prière ne sera pas difficile. Pour d’autres, ce sera un véritable acte d’héroïsme que d’arriver à trouver un quart d’heure pour le Seigneur. Dans tous les cas, n’oublions pas que prier est non seulement un devoir pour le chrétien mais que c’est aussi un droit ! Je dois pouvoir prendre dans ma journée le temps nécessaire pour Dieu.

Puis, il s’agit d’être rigoureux sur la gestion du temps. Ne pas aller chercher l’exploit... tout le monde n’a pas la vocation d’une carmélite ! Ne pas non plus chercher la facilité car le Seigneur a dit : « C’est par votre constance que vous sauverez vos vies ! » (Lc 21, 19)

 

Un lieu

« Le choix d’un lieu n’est pas indifférent à la vérité de la prière. Pour la prière personnelle, ce peut être un « coin prière » avec les Saintes Ecritures et des icônes, afin d’être là dans le secret devant notre Père. » (CEC 2691)

Il faut choisir un lieu propice à la prière. Ce peut être dans une église devant le tabernacle ou dans une chapelle, devant une image d’un crucifix ou de la Vierge Marie... dans l’intimité de sa maison où on a pu réaliser un oratoire personnel... dans la nature où la contemplation d’un beau paysage va aider à élever son âme vers le Ciel..

De manière générale, il faut toujours rechercher un endroit qui assure le silence extérieur, qui permet l’apaisement des sens. De même, ne jamais chercher à être vu car le Seigneur nous a invités à la chasteté spirituelle. Il ne s’agit pas de rechercher l’éloge des hommes mais de Dieu !
Enfin, lorsque l’on se rend au lieu choisi pour la prière, il est bon de prendre conscience que le Seigneur m’attend et que je vais le rencontrer. On ne se jette pas « tête la première » dans l’oraison, on prend le temps d’y arriver.

Une attitude

En Jésus, qui a pris notre chair « habite corporellement la plénitude de la divinité » (Co 2, 9). Nous ne sommes pas des anges et notre corps doit aussi nous servir à la prière. Dans certaines spiritualités il peut être considéré comme une enveloppe encombrante dont il faut se débarrasser. Dans la foi chrétienne, le corps n’est pas à côté de l’esprit mais il en est plutôt l’expression. Le corps est un langage de la prière comme il est le langage de la personne.
Aussi, est-il important d’adopter la juste position afin de se rendre le plus présent à Dieu.

Agenouillé, assis, debout, face contre terre ou les yeux levés au ciel,... le corps est une façon d’être devant Dieu. Chaque geste de la prière a pour but de mettre en accord l’extérieur avec l’intérieur.

• La génuflexion : elle consiste à fléchir un genou jusqu’à terre avec un temps d’arrêt qui marque l’humilité et l’adoration.
• L’agenouillement est un abaissement prolongé, une génuflexion à deux genoux dans le recueillement.
• La prosternation (inclination profonde) : elle consiste à se courber en signe de respect.
• La prostration : elle consiste à mettre la face contre terre. Elle veut signifier l’abaissement profond de l’homme devant la grandeur de Dieu.
Dans la liturgie, elle est pratiquée par le prêtre au jour de son ordination et du Vendredi Saint.
• La station debout : elle consiste à se tenir bien droit devant Dieu à la manière où nous sommes appelés par le Christ à la Résurrection.
• Etre assis : l’oraison le plus souvent se fera assis car elle permettra le repos du corps et une attitude d’écoute à la voix du Seigneur.

Dans tous les cas, il est possible que notre corps nous gêne dans l’une ou l’autre de ces positions. La prière peut utiliser plusieurs positions : à genoux au début, assis au milieu... Il ne s’agit pas de faire des exercices de contorsions ou de rechercher la relaxation. Ce qui est important, c’est de rechercher l’attitude juste qui traduira notre disponibilité à Dieu.

Le silence

Enfin, il ne peut y avoir de prière sans silence. Il est parfois difficile de faire le silence. Non seulement autour de soi : d’avoir le courage d’arrêter son téléphone, internet, la télévision, la musique... mais aussi en soi. Le vrai silence demande d’affronter la solitude, il appelle une maturité et une consistance intérieure.

« Que renaisse en nous l’estime du silence, cette admirable et indispensable condition de l’esprit, en nous qui sommes assaillis par tant de clameurs, de fracas et de cris dans notre vie moderne, bruyante et hypersensibilisée. O silence de Nazareth, enseigne-nous le recueillement, l’intériorité, la disposition à écouter les bonnes inspirations et les paroles des vrais maîtres ; enseigne-nous le besoin et la valeur des préparations, de l’étude, de la méditation, de la vie personnelle et intérieure, de la prière que Dieu seul voit dans le secret. » (Paul VI, pèlerinage en Terre Sainte 1964)

Attention à ne pas faire du new-âge ! Il ne s’agit pas de faire le vide mental en soi, pas même pour se remplir ensuite de Dieu. Ce dont il s’agit, c’est de se laisser envelopper par Dieu. C’est de permettre au Seigneur de poser son regard sur moi. Il ne faut pas perdre de temps à se regarder, au contraire, il faut se décentrer pour se centrer sur Dieu.

Et si des distractions surviennent ? Ne pas se focaliser sur elles, ce serait les mettre au centre de la prière. Mieux vaux essayer de les présenter au Seigneur et de prier avec elles.

Le silence est l’élément indispensable qui permet de se disposer à être visité par Dieu.  Rappelons-nous comment Elie entra en contact avec Dieu dans le silence. Pour se préparer à rencontrer Dieu, il faut mettre beaucoup de silence dans sa vie.

« Le Père a dit une Parole qui est son Fils. Il la dit toujours dans un éternel silence, et c’est dans le silence que l’âme entend. » (St Jean de la Croix).

   
  + Abbé Samuel Delmas
   

Vous aimerez aussi ...