Accueil > Les paroisses catholiques > Recevoir les Sacrements > La PénitenceMisericordiam volo

Recevoir les Sacrements

 
Contact
Abbé Jean-Paul Soulet Curé-Archiprêtre
06 23 73 49 78 Contact
 
 
Cœur à cœur
Dieu n’est jamais fatigué
de nous pardonner !
 
     
  La miséricorde est
la plus grande de toutes les vertus.
  Pape François  
 
Veillées pénitentielles
 Spécial Année de la Miséricorde
• Bientôt en ligne
Puiser à la source du Salut

La Pénitence  misericordiam volo 

"C'est la miséricorde que je veux". Par la foi nous reconnaissons que l’homme qui prononce ces quelques mots est la deuxième Personne de la Sainte Trinité, nous professons de toute notre force et de toute notre âme qu’il est Dieu.

 

Qu’est-ce que la miséricorde ?

Ainsi Dieu parle et Dieu veut la miséricorde. Savons-nous ce qu’est la miséricorde ? Nous connaissons ce mot, il y a sans doute même en notre esprit une certaine idée de ce que ce mot veut dire, mais savons-nous, non pas seulement ce que veut dire le mot, savons-nous ce qu’est la miséricorde ? Il ne suffit pas de connaître le mot, il faut encore connaître la chose, l’avoir éprouvée, pratiquée, acceptée, accueillie au plus intime de son cœur.

La miséricorde s’apprend et cet apprentissage demande bien plus d’efforts que d’apprendre à marcher, à parler ou à tenir son couteau ou sa fourchette. C’est le combat d’une vie. La miséricorde s’apprend dans la douleur et les efforts. Il faut beaucoup de larmes, beaucoup d’humilité, beaucoup de retenue ou de silence, beaucoup de fidélité et de prière.

Je repose ma question : « qu’est-ce que la miséricorde ? » Dieu dit à l’homme : « Je veux la miséricorde ». Un bon chrétien est un homme qui veut faire ce que Dieu lui commande. « Je veux que toi, petit être égoïste, envieux, mesquin, jaloux, possessif, plein de rancœur, lâche, menteur, tu sois miséricordieux».

La miséricorde est un attribut de Dieu. Dieu seul est miséricordieux. La miséricorde, c’est d’abord le regard de douleur et de peine que Dieu porte sur l’homme pécheur et misérable. Il jette un regard de pitié sur le pécheur. Le pécheur a transgressé la loi divine, il a choisi le mal. Il a refusé Dieu et offensé l’Amour, sa volonté est d’être sans lui, et donc d’être contre lui. Au lieu de punir une créature révoltée contre son créateur, Dieu offre le pardon à celui qui se repent. Ainsi nous découvrons ce qu’est la miséricorde : c’est le pardon du côté de Dieu et c’est le repentir du côté de l’homme.


Qu’est-ce que le repentir ?

Nous pourrions maintenant traduire : « Je veux le repentir ». Qu’est-ce que le repentir ? Que se passe-t-il lorsqu’on se repent ? Premièrement on regrette ce qu’on a dit, pensé, fait ou omis, on reconnaît sa faute, on accepte de dire « c’est MA faute », on arrête de se trouver des excuses et on fait face courageusement à la réalité de sa propre nature blessée.

Il y a deux raisons pour lesquelles on regrette : on regrette d’abord à cause de la situation personnelle dans laquelle cela nous a mis ; on regrette ensuite d’avoir offensé l’amour de Dieu. Mais pour dire « Je regrette d’avoir offensé l’amour de Dieu », il faut le secours intérieur de la grâce. Mais le regret ne suffit pas : il faut deuxièmement prendre la ferme résolution de changer de vie. Pour se convertir, il ne suffit pas de dire : « ce que j’ai fait est mal », il faut aussi faire le bien ! Le repentir sincère est suivi d’un changement de vie.

Souvent, nous opérons des changements minimes, de surface, d’apparence. On maquille, on masque, on cache, on couvre la faute d’un mensonge et de l’illusion de croire qu’on a vraiment changé. Il faut des choix radicaux.

Dieu veut que nous changions de vie et que ce changement soit profond et non pas seulement superficiel. On ne fait pas semblant, on ne joue pas la comédie. Pour comprendre ce qu’est la miséricorde, il faut aimer la vérité.

Un combat intérieur s’engage, avec le secours de Dieu, car nous avons besoin du secours de Dieu, de ce qu’on appelle la grâce des sacrements : une purification du cœur se fait de plus en plus. Le cœur de Dieu prend sur lui notre douleur, notre peine, prend sur lui nos péchés, pour que le cœur de l’homme soit purifié. L’homme est comme un cristal qui au contact de la lumière divine devient lumière et prend sa véritable nature, sa transparence à la pureté.


 Aime la vérité

Lorsque Jésus nous dit : « Je veux la miséricorde », il nous dit : « Aime la vérité ». Cessons de mentir, cessons de nous moquer de la vérité, de nous arranger avec la vérité, de broder, de machiner, d’intriguer, de maugréer. Nous aurons beau faire tous les rites de la terre, si notre cœur n’est pas pur, nos sacrifices seront des mascarades et dégoûteront le Créateur qui nous a donné la vie. Lorsque Jésus dit : « Je veux la miséricorde », il dit : « Que votre cœur soit pur quand vous accomplissez les sacrifices. Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un cœur brisé et broyé, qui a brisé en lui tout mensonge. Sans cela, vous ajouteriez le sacrilège au blasphème. »

Notre monde est un monde de mensonge, il ment comme il respire. Il a besoin de la miséricorde divine. Il a besoin du regard de Dieu sur lui. L’homme pécheur a besoin de cette bonté de Dieu qui le touche, et qui vient panser ses plaies les plus profondes, les plus à vif. L’homme est loin de Dieu, mais Dieu est tout près de l’homme. « Que votre cœur scintille comme un cristal inondé de lumière, dit Jésus, je veux que brille en vous la splendeur de la vérité ». Notre repentir sera notre force, l’élan de notre retour à Dieu.

Pourquoi Jésus mange-t-il avec les pécheurs ? Pour qu’ils se repentent, pour qu’ils reviennent à Dieu. Ils étaient si loin, il est si près. Et ceux qui parmi nous se croient tout près – les hypocrites – ils sont loin de Dieu alors qu’ils s’en croient tout proches.

Vous aimerez aussi ...