Accueil > Les paroisses catholiques > Ce que je croisL'humanité du Christ

Ce que je crois

 
Contact
Abbé Grégory Woimbée Curé-Archiprêtre
06 23 73 49 78 Contact
 
 
Cœur à cœur
Avec l'Incarnation,
la recherche du visage de Dieu
  connaît un tournant inimaginable
parce que ce visage peut à présent être vu : c’est celui de Jésus,
du Fils de Dieu qui se fait homme.
En lui trouve son accomplissement
le chemin de révélation de Dieu entamé avec l’appel d’Abraham,
Lui est la plénitude de cette révélation parce qu’il est le Fils de Dieu,
il est à la fois « le Médiateur et la plénitude de toute la Révélation ».
  Jésus nous montre le visage
de Dieu et nous fait connaître
le nom de Dieu.
  Benoît XVI  
 
Jésus de Nazareth
Extraits de l'ouvrage de Benoit XVI
Credo in unum Deum
En Jésus de Nazareth, Dieu visite réellement son peuple, visite l’humanité d’une façon qui va au-delà de toute attente : il envoie son Fils unique ; Dieu lui-même se fait homme. Jésus ne nous dit pas quelque chose de Dieu, il ne parle pas simplement du Père, mais il est révélation de Dieu, parce qu’il est Dieu, et il nous révèle ainsi le visage de Dieu. Benoit XVI

L'humanité du Christ

L'humanité du Christ est exempte à la fois du péché originel et du péché personnel. Cette thèse est de foi catholique : il ne s'agit pas d'une question discutée.

L'exemption des péchés pour le Christ a été définie comme étant de foi par le concile de Florence et par le pape Eugène IV au XVe siècle (1439) : le Christ est « sine peccato conceptus, natus et mortuus ». Le questionnement de l’Eglise sur ce point existait depuis longtemps. Mille ans auparavant, le concile d'Éphèse (431) l'avait déjà déclaré exempt de tout péché personnel.

Quand nous disons par exemple de saint Augustin qu’il est saint, nous ne disons pas qu'il a été conçu sans péché ni même qu’il n’a jamais commis d’actes peccamineux, nous disons qu'à un moment de sa vie il a été configuré au Christ de telle manière qu'il était saint. On peut, en outre, très bien concevoir quelqu'un qui serait exempt de péché personnel (n’aurait commis aucun acte qui le sépare de Dieu) sans être exempt du péché originel.

Le concile d’Ephèse, repris par celui de Chalcédoine (451), avait déjà déclaré comme étant de foi que le Christ n'avait, au cours de son existence, commis aucun acte qui pouvait le séparer de Dieu.

Le concile de Florence déclara comme étant de foi qu'il avait été conçu sans péché, tout comme la Sainte Vierge (Immaculée Conception signifie  « conçu sans péché », la nature humaine n'est pas marquée par le péché originel). Cette conception sans péché est fondée sur celle du Christ puisque la nature humaine du Christ est conçue sans péché.

Cette nature humaine du Christ a pris chair de la nature humaine de la Sainte Vierge et on a considéré qu'il était tout à fait convenable que la Sainte Vierge bénéficiât d'une nature humaine dépourvue de toute forme de souillure quant à sa nature (et non pas seulement dans ses actes de la vie quotidienne).

Vous aimerez aussi ...